94% des titulaires ont été réélus le 3 novembre – voici la répartition par État – Ballotpedia News


94% des titulaires ont été réélus le 3 novembre. Voici la répartition par État

Nos chercheurs continuent d’analyser les élections de l’année dernière et, aujourd’hui, nous examinons le taux de réélection État par État pour les 7458 élus fédéraux, étatiques et locaux qui se sont présentés à la réélection le 3 novembre.

Lors des élections générales de l’année dernière, 94% des titulaires dans tout le pays ont été réélus. Cela inclut les courses dans lesquelles les titulaires se sont présentés sans opposition, mais n’inclut pas les élections de rappel. Lors des élections générales de 2018, 92% des titulaires à l’échelle nationale ont été réélus.

Voici cinq faits saillants par état:

  • La Californie avait le taux de réélection des titulaires le plus bas, à 85%. Le New Jersey était le seul État où 100% des titulaires que nous suivons ont été réélus. En 2018, le Texas avait le taux de réélection des titulaires le plus bas à 81%, et le Mississippi était le seul État où 100% des titulaires que nous suivons ont été réélus.
  • Plus de 90% des titulaires ont été réélus dans 46 États. Les États dont les taux de réélection sont inférieurs à 90%: la Californie, le New Hampshire, l’Ohio et la Virginie occidentale. En 2018, 12 États avaient des taux de réélection inférieurs à 90%.
  • 96% des titulaires du Congrès ont été réélus. Dans 38 États, 100% des titulaires du Congrès ont été réélus.
  • 95% des titulaires au niveau de l’État (exécutifs, législateurs et juges) ont été réélus. Tous les titulaires au niveau des États qui cherchaient à être réélus ont été réélus dans cinq États — Alabama, Louisiane, Maryland, Mississippi et New Jersey.
  • 89% des titulaires locaux du périmètre de couverture de Ballotpedia ont été réélus le 3 novembre. Dans cinq États, 100% des titulaires locaux que nous suivons ont été réélus.

Cliquez sur le lien ci-dessous pour voir comment les titulaires se sont comportés par État, ventilés par bureau du Congrès, exécutif de l’État, législatif, judiciaire et local.

Lire la suite

Les électeurs californiens décideront d’un référendum sur l’interdiction du tabac aromatisé en 2022

Les électeurs californiens décideront un référendum de veto l’année prochaine d’une loi d’État interdisant la vente de produits du tabac aromatisés. Le bureau du secrétaire d’État a confirmé le 22 janvier que les pétitionnaires avaient soumis plus de 623212 signatures valides pour inscrire la mesure sur le bulletin de vote en novembre 2022.

Le référendum de veto annulerait le projet de loi du Sénat 793 (SB 793), qui interdit la vente de produits du tabac aromatisés et des exhausteurs de goût des produits du tabac, à l’exception du tabac à narguilé, du tabac en feuilles et des cigares de qualité supérieure. En vertu du SB 793, les détaillants seraient condamnés à une amende de 250 $ pour chaque vente violant la loi. La Californie a promulgué le SB 793 en août, et il devait entrer en vigueur le 1er janvier. Parce que le référendum de veto a été certifié, la loi est suspendue en attendant le résultat de l’élection.

La Coalition californienne pour l’équité soutient le référendum de veto visant à abroger le SB 793. La campagne a recueilli 21,2 millions de dollars jusqu’au 1er janvier, dont 10,4 millions de dollars de RJ Reynolds Tobacco Co. et 9,8 millions de dollars de Philip Morris USA. Ballotpedia n’a encore identifié aucun comité s’opposant au référendum de veto. Les partisans du maintien de l’interdiction comprennent le gouverneur Gavin Newsom (D) et la Campagne pour les enfants sans tabac.

Si le SB 793 était entré en vigueur, la Californie aurait été le deuxième État après le Massachusetts à interdire tous les produits du tabac aromatisés, y compris les cigarettes au menthol. La Californie aurait été le cinquième État à interdire les e-cigarettes aromatisées. En 2017, le Conseil de surveillance de San Francisco a adopté une ordonnance interdisant la vente de tabac aromatisé. Les électeurs ont par la suite confirmé la mesure lors d’un référendum de veto local en juin 2018.

Cette mesure est le 50e référendum de veto en Californie depuis que ce processus a été adopté en 1911. Sur les 49 référendums de veto précédents, les électeurs ont maintenu 20 (41%) des lois et en ont abrogé 29 (59%). Les électeurs californiens ont décidé pour la dernière fois d’un référendum de veto en 2020, lorsqu’ils ont abrogé une loi visant à remplacer la caution en espèces par des évaluations des risques pour les suspects détenus.

Apprendre encore plus

La nomination du gouverneur modifie l’équilibre partisan de la Cour suprême du Nouveau-Mexique

Après que le gouverneur du Nouveau-Mexique Michelle Lujan Grisham (D) a nommé l’ancien juge de la Cour d’appel Julie Vargas pour succéder à Judith Nakamura (R) à la Cour suprême de l’État le mois dernier, les cinq juges de la Cour suprême du Nouveau-Mexique auront été soit élus démocrates, soit nommés par Gouverneurs démocrates. Nakamura a pris sa retraite le 1er décembre. La gouverneure Susana Martinez (à droite) a nommé Nakamura en novembre 2015.

En vertu de la loi du Nouveau-Mexique, les postes vacants à la Cour suprême des États sont pourvus grâce à la nomination assistée du gouverneur, dans laquelle le gouverneur sélectionne un candidat sur la base des recommandations d’une commission de nomination judiciaire. Les personnes nommées par les gouverneurs doivent se présenter à une élection partisane lors du prochain cycle électoral pour rester sur le terrain.

Le gouverneur Lujan Grisham a nommé trois juges de la Cour suprême de l’État, et le juge en chef Michael Vigil et la juge associée Barbara Vigil (aucun parent) ont été élus démocrates.

Le Nouveau-Mexique est l’un des sept États qui utilisent des élections partisanes pour sélectionner les juges de la Cour suprême des États pour les mandats initiaux ou ultérieurs. De ces sept États, quatre — l’Illinois, le Nouveau-Mexique, la Caroline du Nord et la Pennsylvanie — ont une majorité de juges démocrates tandis que trois — l’Alabama, la Louisiane et le Texas — ont une majorité républicaine.

Lire la suite

Les élections spéciales du district 48 du Sénat de l’État de Pennsylvanie sont prévues pour le 18 mai

Les responsables électoraux ont prévu une élection spéciale dans le district 48 du Sénat de l’État de Pennsylvanie pour le 18 mai. L’ancien titulaire, David Arnold (à droite), est décédé d’un cancer du cerveau le 17 janvier, créant le poste vacant. Il n’y a pas de primaire et les partis politiques proposeront directement des candidats.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *