Des militants de l’Idaho s’efforcent d’obtenir des initiatives de marijuana sur les bulletins de vote


Une proposition autoriserait l’herbe médicale légale, tandis que l’autre dépénaliserait simplement la possession personnelle dans certains cas.

IDAHO, États-Unis – Des militants de l’Idaho s’efforcent d’obtenir une paire d’initiatives sur le scrutin de 2022 qui assoupliraient chacune les restrictions de l’État sur la marijuana.

Les organisateurs admettent ouvertement qu’obtenir chaque mesure même sur le bulletin de vote sera un énorme défi, mais ont soumis les deux dans l’espoir qu’au moins l’une d’entre elles puisse franchir les innombrables obstacles qui se dressent devant elle.

Le premier est appelé Idaho Medical Marijuana Act, ou IMMA.

Cela permettrait aux personnes atteintes de certaines conditions de se faire prescrire de l’herbe par un médecin, puis d’en posséder légalement jusqu’à quatre onces.

Pour soutenir cela, un système de dispensaires de marijuana médicale serait créé. Cela impliquerait un système de licence pour les producteurs, les transformateurs et les détaillants, qui existe dans de nombreux autres États.

Il y aurait une taxe de 4% en plus de la taxe de vente normale.

Les gens ne seraient pas autorisés à cultiver les leurs à moins d’obtenir une dérogation spéciale indiquant qu’ils ont des difficultés physiques à se rendre dans un dispensaire.

La deuxième mesure s’appelle la Loi sur la dépénalisation de la marijuana personnelle pour adultes, ou PAMDA. Comme son nom l’indique, celui-ci ne légalise pas du tout l’herbe, mais cela ferait en sorte que vous ne puissiez plus être arrêté pour certaines choses.

Il ne s’applique qu’aux adultes de 21 ans ou plus et permettrait à ces adultes d’avoir jusqu’à trois onces d’herbe dans certains contextes.

Le premier paramètre serait sur une propriété privée avec la permission du propriétaire, donc comme votre maison ou la maison de votre ami. La seconde serait dans votre voiture si vous conduisez d’un magasin de mauvaises herbes légal dans un autre état vers une telle propriété privée.

Cette initiative n’autoriserait aucun magasin d’herbe ni aucune culture dans l’Idaho, et l’utilisation publique, la vente et la conduite en état d’ivresse seraient toujours des crimes.

Quels obstacles ces mesures doivent-elles surmonter pour entrer en vigueur ? Pas mal.

Jusqu’à présent, ils n’ont tous deux franchi que le premier obstacle et obtenu 20 signatures initiales requises pour soumettre la proposition à l’État en premier lieu.

Maintenant, ils doivent aller chercher un total de 64 945 signatures d’électeurs de l’Idaho.

S’ils le font, les initiatives peuvent être inscrites au scrutin de 2022, où elles auraient besoin d’une majorité simple pour devenir loi.

Et puis, bien sûr, les mesures devraient résister à toute contestation judiciaire.

Alors pourquoi les organisateurs soumettent-ils deux mesures ? Le groupe derrière les deux dit que le second est en quelque sorte une sauvegarde du premier. C’est pour deux raisons.

Premièrement, la décriminalisation peut être plus facile à avaler pour les Idahoens hésitants que de créer tout un système de dispensaire.

Deuxièmement, les militants sont un peu inquiets des défis juridiques auxquels l’IMMA pourrait être confrontée. L’Idaho a récemment adopté une loi exigeant que les mesures de vote se limitent à un seul sujet. Et dans d’autres États, des lois similaires ont contribué à invalider des propositions de grande envergure comme IMMA.

Mais la sauvegarde se heurte en réalité à un obstacle juridique unique. Dans l’Idaho, non seulement vous avez besoin des signatures de 6 % des électeurs inscrits, mais vous avez historiquement besoin de 6 % de 18 des 35 circonscriptions législatives. Et si cela ne suffisait pas, la législature vient de changer cette exigence pour les 35 districts législatifs.

L’IMMA a été soumise avant que ce changement ne soit apporté, mais les organisateurs viennent de soumettre PAMDA début juin, et ils reconnaissent franchement qu’il sera fondamentalement impossible de répondre à l’exigence des 35 districts.

Cependant, ils espèrent qu’une récente contestation judiciaire de cette exigence prévaudra et facilitera l’obtention d’au moins une de ces mesures lors du scrutin de 2022 en Idaho.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *