Gummies, chocolats pour adultes uniquement sur le marché de la marijuana | Fil Ap


PORTLAND, Maine (AP) – Les entreprises du Maine qui proposent des bonbons à la marijuana comestibles, des boissons, des chocolats et des produits de boulangerie espèrent conquérir une part croissante du marché, bien que certaines s’inquiètent de l’attrait des produits comestibles pour les enfants.

Depuis le lancement de la marijuana à des fins récréatives en octobre, la fleur à fumer a représenté 65% des 13 millions de dollars de ventes, a rapporté dimanche le Portland Press Herald.

Ce que le Maine Office of Marijuana Policy appelle les produits infusés représente 14% des ventes, bien qu’en mars, ils aient compté pour 16%, a rapporté le journal.

L’État limite la teneur en THC de tout produit comestible à 10 milligrammes par portion et 100 milligrammes par emballage, et teste les produits avant qu’ils ne soient mis en vente.

Les produits de marijuana comestibles sont légaux pour les adultes uniquement dans le Maine, et l’État interdit l’utilisation d’animaux, de personnes ou de fruits sur tout emballage.

Si les enfants mangent des produits comestibles, ils sont plus susceptibles de présenter des symptômes graves ou de devoir être hospitalisés. Les symptômes peuvent inclure des difficultés à se réveiller, à respirer ou à s’asseoir, a rapporté le journal.

Des médecins comme Stephen Meister, pédiatre à MaineGeneral Health et ancien président du chapitre du Maine de l’American Academy of Pediatrics, plaident pour que la marijuana médicale soit stockée dans des contenants à l’épreuve des enfants.

«Les produits comestibles tels que les brownies, les biscuits, les bonbons gélifiés et autres confiseries existent sur le marché non réglementé depuis des décennies», a déclaré David Heidrich, un porte-parole du bureau de la politique de la marijuana. «L’un des objectifs de la légalisation est de réduire le marché illicite non réglementé et non testé.»

Pour plus d’informations sur les droits d’auteur, consultez le distributeur de cet article, Portland Press Herald.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *