La mode adopte la nouvelle tendance des tissus africains: Kente


Un défilé exclusif de 15 minutes révélant la collection homme automne-hiver 2021 de Louis Vuitton. Présenté via une vidéo partagée sur YouTube notamment, la collection est composée de plusieurs styles originaux mais certains d’entre eux ont attiré davantage l’attention. Ce sont les designs de Kente, qui sont très rapidement devenus le sujet de débat sur Twitter. Sur internet, il y a deux camps opposés: ceux qui louent le génie créatif de Virgil Abloh, le directeur artistique de la mode masculine chez Louis Vuitton et ceux qui critiquent l’appropriation de la culture ghanéenne par Louis Vuitton.

«Virgil Abloh vient du Ghana et il est également le directeur artistique d’une grande marque de vêtements, donc l’utilisation de Kente lui permet de faire référence à ses propres origines africaines. Je pense qu’il est tout à fait légitime d’utiliser un tissu qui appartient à sa culture, à son identité africaine. Je pense qu’il est important que Virgil Abloh fasse cela pour introduire notre culture dans ce panthéon de la mode internationale », explique Aristide Loua, le fondateur de la marque ivoirienne Kente Gentleman.

Cependant, la controverse n’est rien comparée à la popularité dont jouissent ces vêtements. Il laisse place au vrai sujet: la mode au-delà des frontières. La récompense ultime pour le créateur est que l’un de ses articles en Kente est porté par le poète afro-américain et nouvelle sensation Amanda Gorman sur la couverture de l’édition de mai du très puissant Vogue US.

Un an auparavant, Kente était porté par des membres du Congrès américain pour dénoncer le racisme dans la société américaine à la suite du meurtre de George Floyd par un policier blanc. Pour les Afro-Américains, Kente est un symbole de leur «identité africaine».

Mais qu’est-ce que Kente et pourquoi ce tissu crée-t-il un tel émoi? Pour comprendre la valeur symbolique et culturelle du Kente, également connu sous le nom de Kita, il faut parcourir un long chemin… Pour parcourir environ 6 000 km depuis la France, jusqu’au Ghana et en Côte d’Ivoire! C’est là que l’histoire de ce pagne a commencé chez les Akan et Kru, pour qui Kente symbolise le pouvoir et la noblesse. C’est un tissu autrefois porté par la bourgeoisie lors de grandes cérémonies. Ce sont généralement des hommes qui tissent le Kente, mélangeant plusieurs fils de soie et de coton de différentes couleurs. Les méthodes de tissage varient d’une région à l’autre. Faites attention lorsque vous choisissez Kente. Les couleurs sont appréciables! Le jaune représente l’argent et la richesse, le vert la prudence et le blanc représente la paix et la pureté.

«Les pagnes traditionnels sont considérés comme ceux qui ne sont portés que lors de cérémonies ou d’événements traditionnels. C’est justement cette affirmation que je rejette avec ma marque en proposant des vêtements modernes confectionnés avec nos pagnes traditionnels », confie Marthe N’Guessan, la fondatrice de la marque Céchémoi. «C’est notre identité, c’est notre culture et nous nous devons de la promouvoir et d’en tirer le meilleur parti maintenant en proposant des vêtements modernes avec ces tissus traditionnels. Céchémoi existe depuis près de quatre ans et aujourd’hui je peux dire que la mode change, la demande de vêtements à base de pagnes traditionnels est forte et on ne peut que s’en réjouir ».

Kente, emblème de la culture locale?

«Nous continuons à le promouvoir car l’un de nos objectifs est que les administrateurs publics et même leurs agents et représentants officiels du pays portent ces vêtements en service», explique Marthe N’Guessan. C’est un objectif qui pourrait être réalisé au Ghana bien avant la Côte d’Ivoire. En août 2020, le gouvernement ghanéen a annoncé la création d’un village artisanal de Kente afin de dynamiser la production de ce tissu et de mieux servir les marchés locaux et internationaux également. Ce projet, géré par la Royal Kente Weavers and Sellers Association, est toujours en cours.

Une initiative ambitieuse qui rappelle celle mise en place au Burkina Faso en 2019. Le Faso Dan Fani («pagne tissé national traditionnel» en langue Dyula), un pagne traditionnel burkinabé, a été labellisé par le ministre du Commerce et de l’Artisanat. C’est une manière pour le pays d’exploiter ce tissu 100% coton et à la fois de lutter contre les contrefaçons et aussi de mieux contrôler un marché qui rapporte plus de 50 milliards de francs CFA (soit plus de 76 millions d’euros) par an.

Cet article a été initialement publié sur FashionUnited.FR, traduit et édité en anglais.

Crédit : Louis Vuitton/ Facebook Kente Gentleman, site Vogue US, Facebook Céchémoi

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *