La nouvelle loi sur la marijuana du Connecticut et ses ramifications pour les écoles indépendantes – Cannabis & Hemp


À compter du 1er juillet 2021, le Connecticut est devenu l’un des nombreux États à légaliser l’usage récréatif de la marijuana. Sous ceci nouvelle loi, il est désormais légal dans le Connecticut pour les personnes âgées de 21 ans ou plus de posséder, d’utiliser ou de consommer de la marijuana ou des produits à base de marijuana, sous réserve de certaines restrictions et limitations. En conséquence, de nombreuses écoles indépendantes sont en train de déterminer si et comment cette nouvelle loi aura un impact sur les politiques et pratiques actuelles, en particulier en ce qui concerne les professeurs et le personnel qui peuvent conduire des étudiants dans le cadre de leurs responsabilités professionnelles. Vous trouverez ci-dessous un bref résumé de certains aspects clés de la nouvelle loi et des réponses aux questions fréquemment posées par les écoles indépendantes concernant les implications de la nouvelle loi sur la marijuana dans le Connecticut.

Aspects clés de la loi

Bien que la loi contienne des dispositions pour réglementer la vente de marijuana, les dispositions relatives à la possession et à l’utilisation de marijuana à des fins récréatives par les employés sont d’un intérêt primordial pour les écoles. Bon nombre de ces dispositions sur le lieu de travail n’entrent en vigueur qu’en juillet 2022. Cependant, il est important que les écoles indépendantes reconnaissent que la loi exempte certains employeurs, y compris les écoles indépendantes, de bon nombre de ces exigences sur le lieu de travail, y compris l’obligation d’adopter des politiques sur le lieu de travail pour traiter de la possession ou de la consommation de cannabis. Cette exemption offre une plus grande flexibilité aux écoles indépendantes pour développer des politiques d’emploi réglementant la possession et l’utilisation de marijuana à des fins récréatives, en particulier sur leurs campus scolaires.

Par conséquent, bien que les écoles indépendantes puissent être exemptées de l’obligation légale d’adopter des politiques sur le lieu de travail dans ce domaine, il est toujours conseillé aux écoles de rédiger ou de réviser les politiques des employés pour s’assurer qu’elles reflètent adéquatement la loi en vigueur et communiquent clairement les attentes et les politiques de l’école concernant à la fois marijuana récréative et médicinale sur le lieu de travail. Les internats avec des professeurs résidentiels et toutes les écoles qui utilisent actuellement des professeurs/personnel pour conduire les étudiants seront particulièrement intéressés à s’assurer qu’ils communiquent clairement à leurs employés sur les règles d’utilisation et de possession de marijuana à des fins récréatives par les employés. Il sera important pour toutes les écoles indépendantes d’informer tout le corps professoral et le personnel des attentes et des exigences de l’école bien avant la nouvelle année scolaire.

FAQ

L’usage récréatif du cannabis est-il légal pour tout le monde, sans limite ?

Non. La loi n’autorise généralement que adultes de vingt et un (21) ans ou plus posséder ou consommer du cannabis à des fins récréatives, dans les limites spécifiées. Cette utilisation permissive de la marijuana à des fins récréatives complète la loi existante qui permet déjà l’utilisation palliative de la marijuana par des patients qualifiés. Cette nouvelle loi établit des sanctions pour les adultes qui possèdent plus que les limites légales, y compris des amendes de 100 $ pour la première infraction et de 250 $ pour une infraction subséquente. Pour possession de quantités plus importantes, une personne peut encourir une amende de 500 $ pour la première infraction et, pour les infractions subséquentes, un délit de classe C, passible d’une peine pouvant aller jusqu’à trois mois de prison.1

Cette nouvelle loi établit également diverses sanctions pour possession de cannabis par des mineurs, en fonction de facteurs tels que l’âge de l’individu, qu’il s’agisse de la première infraction du mineur ou d’une infraction subséquente, et de la quantité de cannabis que le mineur possède.

Les individus peuvent-ils fumer, posséder ou utiliser du cannabis dans les bâtiments scolaires et sur les terrains de l’école ?

À compter du 1er octobre 2021, la loi étend l’interdiction existante de fumer dans l’enceinte de l’école en interdisant expressément de fumer (ou de vapoter) de la marijuana dans l’enceinte de l’école ou dans “toute zone” des bâtiments scolaires ou des installations sous le contrôle de l’école. Notamment, cependant, la loi elle-même ne va pas jusqu’à interdire la possession de marijuana ou de ses récréatifs utiliser sur le terrain de l’école. Étant donné que la loi actuelle interdit spécifiquement même aux patients qualifiés d’ingérer de la marijuana à des fins médicales dans l’enceinte de l’école, les écoles voudront élaborer des politiques claires qui articulent leurs attentes envers les professeurs, le personnel et les autres concernant la possession de marijuana sur le campus en général, ainsi que les activités récréatives. consommation de marijuana (autre que fumer) sur les terrains de l’école.

De plus, bien que cette nouvelle loi n’interdise pas spécifiquement la possession, l’utilisation ou la consommation (autre que la consommation) de cannabis récréatif dans les bâtiments scolaires ou sur les terrains de l’école, les écoles doivent garder à l’esprit que toute entité recevant des subventions fédérales doit fournir un lieu de travail, et la marijuana (cannabis) reste une substance contrôlée en vertu de la loi fédérale.

L’école peut-elle interdire la consommation de cannabis par les employés au travail?

Oui. Comme indiqué ci-dessus, la loi interdit à quiconque, y compris aux employés de l’école, de fumer, d’utiliser des systèmes électroniques d’administration de nicotine ou de cannabis ou des produits de vapeur dans les installations sous le contrôle de l’école, dans un bâtiment scolaire ou sur le terrain de l’école.

Comme tout employeur, les écoles peuvent interdire aux employés d’être sous l’influence de la marijuana pendant qu’ils travaillent (y compris lorsqu’ils travaillent à distance) ou lorsqu’on s’attend raisonnablement à ce qu’ils exercent des responsabilités professionnelles, y compris lorsque les professeurs et le personnel sont de garde ou autrement en service, comme le service de nuit dans un dortoir.

En tant qu’employeurs exemptés, les écoles indépendantes ont également une grande latitude pour mettre en œuvre des règles interdisant la possession, l’utilisation et la consommation de marijuana, au-delà de ce qui est interdit par la loi. Par exemple, une école peut choisir d’interdire la possession et l’utilisation de marijuana sur le terrain de l’école, sous réserve uniquement des dispositions relatives à l’usage médical. En tant qu’employeur exempté, les politiques des écoles peuvent également avertir les employés qu’ils peuvent être sanctionnés même pour une consommation de marijuana en dehors des heures de travail et les écoles peuvent refuser d’embaucher de nouveaux employés en raison d’une consommation antérieure de marijuana. Enfin, compte tenu de la flexibilité offerte aux employeurs scolaires, les écoles peuvent également pénaliser un employé ou refuser d’embaucher un employé potentiel dont le test de dépistage du THC est positif, y compris un employé dont le test de dépistage est positif à la suite du test de dépistage aléatoire requis pour toute personne conduisant un véhicule d’activité étudiante. .

Malgré cette latitude, les écoles doivent cependant continuer à permettre aux patients éligibles de posséder marijuana palliative, soumise à des limites statutaires, au travail. Notamment, ces patients éligibles sont toujours interdits de ingérer marijuana au travail, sur le terrain de l’école ou dans un dortoir, dans un autobus scolaire ou tout autre véhicule en mouvement, et en présence de toute personne âgée de moins de dix-huit (18). Par conséquent, lors de l’adoption de politiques sur cette question, les écoles devraient examiner attentivement leurs positions concernant l’utilisation récréative et palliative de la marijuana, afin de ne pas enfreindre la loi de l’État interdisant aux employeurs de pénaliser un employé uniquement sur la base du statut de l’individu en tant que personne qualifiée. patient.

L’école peut-elle interdire la consommation de marijuana par les employés en dehors du travail ?

Les écoles ont le pouvoir discrétionnaire de prendre des mesures défavorables en matière d’emploi contre les employés qui consomment de la marijuana à des fins récréatives, même s’ils le font en dehors du travail, en dehors de l’école et dans les limites de la loi, qu’ils aient ou non une politique écrite sur la consommation de marijuana. Certes, en tant qu’employeurs exemptés, les écoles indépendantes peuvent refuser d’embaucher ou de prendre des mesures disciplinaires en raison de la possession, de l’utilisation ou de la consommation de cannabis à des fins récréatives par un employé à l’intérieur ou à l’extérieur du lieu de travail, y compris avant l’emploi, avec ou sans politique en place. Malgré leur statut d’employeurs exemptés, cependant, les écoles sont bien avisées d’adopter une politique écrite expliquant leurs attentes et exigences envers les employés, et de s’assurer que les candidats et les employés sont informés en bonne et due forme de cette politique. Lors de l’élaboration de telles politiques, il est rappelé aux écoles qu’elles ne peuvent refuser d’embaucher, de pénaliser ou de licencier un employé sur la base du statut d’un individu en tant que personne qualifiée.

Les écoles indépendantes peuvent-elles toujours exiger des tests de dépistage de drogue pour les employés ?

Les écoles indépendantes peuvent et, dans certains cas, doivent exiger que les employés se soumettent à des tests de dépistage de drogue, tout comme ils l’ont fait avant l’adoption de cette loi.

Premièrement, une école peut exiger d’un employé qu’il se soumette à un test de dépistage d’urine s’il a des motifs raisonnables de soupçonner qu’un employé est sous l’influence de drogues ou d’alcool, ce qui nuit ou pourrait nuire à son rendement au travail.

En outre, les écoles peuvent, et parfois doivent, exiger que les employés se soumettent à des tests de dépistage de drogue préalables à l’embauche et à des analyses d’urine aléatoires dans certaines circonstances. Par exemple, une école indépendante doit, après avoir fourni un avis écrit au moment de la demande, exiger que les employés qui conduiront des autobus scolaires ou des véhicules de transport d’élèves se soumettent (1) à des tests de dépistage de drogues par analyse d’urine préalable à l’emploi et (2) à des tests de dépistage de drogues aléatoires ultérieurs. , conformément à la législation nationale et fédérale. Il est important de noter que la loi fédérale continue de classer la marijuana comme substance contrôlée.

Si un employé potentiel ou actuel reçoit un résultat positif au test de dépistage de drogues par analyse d’urine et un résultat de test positif de confirmation à l’aide d’un deuxième test de dépistage de drogue d’urine qui répond aux exigences légales, un employeur ne peut pas employer cette personne comme conducteur pendant deux ans. Les écoles sont informées que ces exigences en matière de tests et les sanctions potentielles continuent d’exister malgré la légalisation de la marijuana à des fins récréatives. Par conséquent, il est important que les écoles communiquent ces informations aux employés actuels et potentiels afin que toute personne qui devra conduire des étudiants dans le cadre de son travail comprenne que même l’utilisation récréative de la marijuana peut avoir des effets négatifs sur l’emploi.

Qu’est-ce qui devrait être inclus dans la politique d’une école concernant la marijuana?

Comme indiqué ci-dessus, il est conseillé aux écoles de rédiger ou de mettre à jour leurs politiques d’emploi pour tenir compte de la légalisation de la marijuana à des fins récréatives, y compris la manière dont elles traiteront (1) l’utilisation de la marijuana à des fins récréatives sur le lieu de travail physique, y compris dans les résidences universitaires ; (2) l’utilisation de marijuana à des fins récréatives dans le lieu de travail éloigné ; (3) l’utilisation de marijuana à des fins récréatives en dehors du lieu de travail ; et (4) le dépistage des drogues des employés. Comme indiqué ci-dessus, la politique de l’école doit également prendre en compte et traiter de la manière dont ces règles

note de bas de page

1. Ces pénalités s’appliquent lorsqu’un particulier possède au moins cinq onces de matériel végétal de cannabis et/ou une quantité équivalente de produits du cannabis ou huit onces de cannabis et/ou la quantité équivalente de produits du cannabis dans un contenant verrouillé à la maison ou dans un boîte à gants ou coffre d’un véhicule automobile.

Le contenu de cet article est destiné à fournir un guide général sur le sujet. Des conseils spécialisés doivent être recherchés au sujet de votre situation particulière.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *