Massena cherche l’avis de la communauté sur les dispensaires de marijuana | Comté de Saint-Laurent


MASSENA – Les responsables du village veulent entendre le public avant de prendre la décision d’accepter ou de refuser l’autorisation des dispensaires de marijuana dans le village en vertu de la loi de l’État sur la réglementation et la taxation de la marijuana.

Le maire Timothy J. Ahlfeld a déclaré aux administrateurs lors de leur réunion mardi qu’après en avoir discuté en mai, le conseil d’administration avait penché pour suivre les directives de l’État sur les dispensaires.

«J’ai contacté le conseil d’administration pour savoir si nous voulions nous retirer de la loi sur la légalisation de la marijuana qui allait être adoptée ou si vous vouliez simplement le statu quo, en suivant la direction que l’État a donnée. Il semblait que, en ce qui concerne le conseil d’administration, nous étions en statu quo et allions simplement suivre la direction de l’État », a-t-il déclaré.

M. Ahlfeld a déclaré que, depuis lors, il y avait eu des discussions « et nous nous demandions si nous voulions contacter le public pour voir si quelqu’un avait des commentaires ».

Il a déclaré que les commentaires pouvaient être faits lors d’une réunion du conseil d’administration du village, par courrier électronique ou par lettre “juste pour avoir une idée de ce qu’ils ressentent”.

“Vous devez également faire attention à écouter la majorité silencieuse, car vous pouvez recevoir trois lettres disant que nous ne sommes pas en faveur ou en faveur de cela et qu’il pourrait y avoir tout un tas de gens qui pensent le contraire”, a-t-il déclaré.

Le maire adjoint Matthew J. LeBire a déclaré qu’il avait répondu à quelques appels.

« Une dame avec qui j’ai parlé ne s’est pas rendu compte que l’opt in, opt out consistait simplement à autoriser les dispensaires. Il ne s’agit pas d’utilisation. L’État a réglé cela. C’est simplement, allez-vous autoriser les dispensaires avec les règles établies par l’État, qui sont assez agressives », a-t-il déclaré. « Une fois que je lui ai expliqué cela, elle m’a dit : « Oh, je m’en fiche ». Je suis sûr que ce ne sera pas l’opinion de tout le monde, mais plus nous aurons d’informations, mieux ce sera. »

M. LeBire a dit qu’il avait une fiche d’information d’une page qui n’avait pas encore été rendue publique, qui fournirait plus d’informations à la communauté.

« Nous pouvons probablement le vérifier pour nous assurer qu’ils n’ont rien changé et le mettre sur notre site Web ou sur nos réseaux sociaux. Il suffit de mettre une note en bas, à jour à cette date juste au cas où ils changeraient », a-t-il déclaré.

Selon la loi sur la réglementation et la fiscalité de la marijuana, promulguée par le gouverneur Andrew M. Cuomo en mars, les villes et villages auront la possibilité de refuser d’autoriser les dispensaires de détail, bien qu’ils devront potentiellement renoncer aux recettes fiscales. générés par les magasins.

En vertu du MRTA, les ventes de marijuana seront taxées à un taux de 13 %, dont 9 % iront à l’État de New York, 3 % au gouvernement local et 1 % au comté.

Pour interdire un dispensaire, la législature du gouvernement local doit adopter une loi locale promulguant l’interdiction avant le 31 décembre.

En tant qu’associé Amazon, je gagne des achats éligibles.



Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *