Une nouvelle pétition demande au gouvernement de mieux soutenir la santé mentale des jeunes | L’avocat


communauté, santé mentale, santé, pétition

Après des années de retards, d’obstacles et de traitements insuffisants, une famille de Smithton a lancé une pétition pour l’amélioration des ressources en santé mentale pour les jeunes dans le Nord-Ouest. La pétition était dirigée par la jeune femme Laura Johnson après avoir vu pendant des années sa sœur Gabbi, 17 ans, souffrir de multiples troubles de santé mentale, y compris l’anorexie. Sa mère Kaylene Johson a déclaré que le changement devait se produire maintenant. “[Laura’s] a regardé sa sœur sortir de l’hôpital maintes et maintes fois, seulement pour être de retour là-bas “, a déclaré Mme Johnson.” Elle regarde sa sœur se détruire. Ce n’est pas sa faute; c’est le désordre. “Les enfants gardent [their feelings] calme depuis si longtemps. Ils ne devraient pas avoir à se rendre au stade de l’hospitalisation pour obtenir l’aide dont ils ont besoin. »La pétition est présentée au gouvernement de l’État pour demander un soutien aux jeunes ayant des problèmes de santé mentale, y compris des troubles de l’alimentation. Plus précisément, il y a un appel pour un investissement accru dans la formation de spécialistes de la santé mentale, une éducation plus large de la communauté sur les effets de la santé mentale et des troubles de l’alimentation et l’amélioration des installations de traitement. soins indisponibles en Tasmanie pour recevoir un soutien financier. DANS D’AUTRES NOUVELLES: Récemment, les Johnson ont dû se rendre à Hobart pour recevoir un traitement pour Gabbi car la ville dispose d’une clinique dédiée aux troubles de l’alimentation. “Voyager de Smithton à Hobart – nous avons eu la chance derrière nous. Tout le monde n’a pas les moyens de se rendre à Hobart. “Et même dans ce cas, le traitement ne pouvait être que de courte durée.” Nous avons besoin de cliniques et de ressources dans cette extrémité de l’État “, a-t-elle déclaré. «Ce n’est pas assez bon.» Ce n’est pas la faute de l’hôpital, c’est qu’il n’y a pas de formation ou de ressources en place. «Tant de gens sur la côte nord-ouest ont besoin de ce soutien, mais il faut du temps et des fonds pour que le changement se produise. Elle a dit que sa famille espère que les politiciens prendront cette question et cette pétition au sérieux afin qu’un réel changement puisse se produire. «Nous voulons que les jeunes aient une voix, qu’ils soient capables de s’exprimer et d’obtenir de l’aide avant qu’ils n’aient l’impression qu’il n’y a pas d’aide pour eux», a déclaré Mme Johnson. “Ce n’est pas de la drogue, ce n’est pas une mauvaise conduite. La santé mentale peut simplement mettre les jeunes dans un trou dont ils ne peuvent pas sortir.” La pétition est soutenue par Ruth Forrest, MLC indépendante de Murchison. Elle a dit qu’il était clair que c’était une question qui nécessitait une attention urgente. “Ce n’est pas comme si c’était un nouveau problème. Nous devons être en mesure de fournir un soutien opportun aux jeunes afin qu’ils puissent remettre leur vie sur les rails”, a déclaré Mme Forrest. «C’est tellement traumatisant pour les familles de rechercher constamment un traitement qui n’est pas adéquat ou qui nécessite des déplacements. C’est déjà assez difficile si vous êtes en Tasmanie et que vous devez voyager environ trois heures. “Le fait de devoir passer d’un état à un autre apporte un tout autre niveau de complexité.” À l’heure actuelle, 4 millions de dollars sont alloués dans le budget pour commencer à mettre en œuvre les résultats de l’Examen des services de santé mentale pour enfants et adolescents, un rapport visant à permettre aux enfants, aux adolescents et à leurs familles et soignants de naviguer dans le système de santé mentale. Le Gouvernement de l’État a également récemment publié une réponse à l’examen dans le but de mettre en œuvre toutes les recommandations globales d’amélioration des services présentées. HISTOIRES CONNEXES: Mme Forrest a déclaré qu’il y avait une telle demande non satisfaite de ressources de soutien en santé mentale dans tous les domaines que le recevoir n’importe où est une chose positive. Cependant, elle souhaite voir des niveaux de financement plus importants et a déclaré que davantage devait être fait pour relever les défis uniques dans les régions de Tasmanie. “Cela affecte les Tasmaniens dans tout l’État”, a-t-elle déclaré. “L’argent est promis – faisons-le livrer et cibler correctement.” “Même dans la vallée de Huon ou le long de la côte est, il est tout aussi difficile d’accéder à un traitement rapide.” Les problèmes de santé mentale ne connaissent pas de barrières. “La pétition peut être signée jusqu’au 19 mars sur lcepetitions.parliament.tas.gov.au/lcepet Pourquoi Vous ne vous abonnez pas à The Advocate? Inscrivez-vous ici.

/images/transform/v1/crop/frm/116107549/04e518c5-ccfa-4b19-bfa3-940d20eb1c18.JPG/r0_116_5379_3155_w1200_h678_fmax.jpg



Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *